Corsaires et Flibustiers

Corsaires et Flibustiers


Les corsaires et flibustiers sont des aventuriers, c’est-à-dire des hommes pour lesquels l’aventure est à la fois leur passion et leur raison de vivre.

Mais ils ne la conçoivent pas comme un pur et simple brigandage, d’où leur différence notable avec les pirates.

On peut les comparer aux mercenaires qui louaient leur épée au plus offrant.

Ainsi, arriva t-il à de nombreux corsaires et flibustiers de passer du service d’un roi, d’un prince, à celui d’un gouvernement.

Ils étaient munis d’une lettre de marque (ou lettre de course), qui les autorisaient à attaquer les navires d’une nation ennemie.

La lettre de marque était reconnue par convention et évitait aux corsaires et flibustiers d’être accusés de piraterie, passible de la peine de mort.

Les corsaires et les flibustiers sont des combattants réguliers, officiellement mandatés par un ordre de mission.

Le mot « corsaire » a été emprunté de l’italien corsaro lui-même dérivé du latin cursus qui signifie « course »

Un corsaire ou un flibustier n’est pas toujours propriétaire de son navire ; parfois il l’a seulement affrété, c’est-à-dire « loué » à un armateur, qui touchera une part de prise, les parts étant calculées proportionnellement aux capitaux engagés dans l’affaire.

Des souverains pouvaient recevoir une part importante du butin : ainsi, la reine d’Angleterre, Elisabeth 1ère, prêta ses navires de guerre à des corsaires et toucha ce qui lui revenait de lingots d’or ou de balles de soie.

Les corsaires et flibustiers, à tort confondus avec les pirates, sont en quelque sorte des marins mercenaires.

A ce titre, ils utilisaient des navires de petites taille, rapides, manoeuvrants et discret, pour exécuter des abordages en mer, plus par surprise que par force.
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 

QUELQUES PIRATES CELEBRES

 

AVERY : Ce célèbre pirate de l’océan indien est né en Angleterre près de Plymouth en 1675.

D’une famille de marin, il s’embarque tout d’abord dans un navire marchand.

C’est après avoir montré son habileté au poste de second, qu’on l’envoya à bord du Duke, en qualité de second, en Espagne.

C’est à ce moment là qu’il résolut d’embrasser une carrière criminelle.

Après être rentré dans les bonnes grâces de l’équipage, il projeta une mutinerie et s’empara du navire afin d’aller chercher fortune dans l’océan indien.

 
BELLAMY (BARBE NOIRE) : Les origines de Bellamy ne sont pas connues.

Bellamy serait arrivé aux Caraïbes en 1715, pour faire des recherches sur des épaves, afin de récupérer les trésors engloutis.

Mais les affaires furent mauvaises, la richesse ne vint pas.

Alors Bellamy et son associé, Paul Williams, décidèrent de monter leur propre compagnie, et ils se firent pirates vers 1716.

Le capitaine Bellamy serait mort en avril 1717, lors de l’échouage du navire « le Whydah », ainsi que tout le reste de l’équipage pirate.

 
ANNE BONNY : Femme flibustier exerçant au 18ème siècle, en compagnie de Rackham et du capitaine Vane.

Anne Bonny est une jamaïcaine d’origine européenne, née d’une mère servante.

Elle fit partie des 3600 pirates exerçant entre 1714 et 1727 ; à cette époque, cette femme voulait fuir l’oppression et refusait toute forme de pouvoir.

Elle voulait être libre d’aller et venir et garder une complète autonomie.

Anne Bonny fut arrêtée, ainsi que tout l’équipage de Rackham, par le capitaine Barnett en 1720. Elle eut deux enfants.

 

 

Le fils du Corsaire rouge

Toile offerte par Dickson St Clair De La Tour

Peinture sur toile Jean Micard

Idée originale Mises en scène Jean-Claude Guerguy

Textes Ciné Art Loisir