Exposition « Le Petit Chaperon Rouge »

Il était une fois…
une petite fille, la plus jolie du village. Sa mère en était très fière et sa grand-mère encore plus. Sa maman lui fit faire un petit chaperon rouge. Il lui allait si bien que partout on l’appelait « le Petit Chaperon rouge ».
Un jour, sa mère, ayant fait cuire des gaufres, lui dit :
– Va voir comment se porte ta mère-grand, car on m’a dit qu’elle était malade. Porte-lui ces bonnes gaufres et ce petit pot de confiture de Papy Jean-Claude.
Le Petit Chaperon rouge partit aussitôt pour aller chez sa grand-mère qui demeurait dans un autre village, près de Morestel.
En chemin, elle rencontra Monsieur le Loup.
– Eh bien, (dit le Loup), où vas-tu gentil Chaperon rouge ?
– Je vais chez ma Mère-grand.
– Je peux venir avec toi.
– Oh oui !
– Alors, écoute-moi. Je prends ce chemin et toi, cet autre chemin, et nous verrons qui de nous deux arrivera le premier !
Le Loup se mit à courir de toutes ses forces par le chemin qui était le plus court, et la petite fille s’en alla par le chemin le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons et à faire des bouquets de belles fleurs.
Le Loup arriva le premier à la maison. Il frappa à la maison de la grand-mère du Petit Chaperon rouge ; il n’y avait personne. Le gentil loup aux grandes dents vit alors un mot sur la porte.
Sur ce petit mot, elle avait écrit qu’elle partait voir son autre fille à Fitilieu, à la Ferme aux Mille Lumières.
Le gentil loup aux grandes dents prit le mot et le mit à la poubelle, puis il ferma la porte et, un peu fatigué, s’en alla se coucher dans le lit de la grand-mère. Il s’endormit paisiblement.
Le Petit Chaperon rouge arriva enfin. Il frappa à la porte. (Frapper) (Toc, toc, toc, toc !)
– Qu’est-ce que c’est ?
En entendant la grosse voix du Loup, le Petit Chaperon rouge eut peur, mais croyant que sa grand-mère était enrhumée, il répondit :
– C’est votre petite fille, le Petit Chaperon rouge, qui vous apporte des bonnes gaufres et un pot de confiture de Papy Jean-Claude.
En adoucissant un peu sa voix, le Loup cria :
– Tire la chevillette, la bobinette cherra.
Le Petit Chaperon rouge tira la chevillette et la porte s’ouvrit. À son entrée, le Loup lui dit :
– Mets les gaufres et le petit pot de confiture sur la table de nuit et viens près de moi.
Le Petit Chaperon rouge s’approcha et, en voyant le Loup sous la grosse couverture, il s’exclama :
– Ma Mère-grand, que vous avez de grands bras !
– C’est pour mieux t’embrasser, mon enfant.
– Ma Mère-grand, que vous avez de grandes jambes !
– C’est pour mieux courir, mon enfant.
– Ma Mère-grand, que vous avez de grandes oreilles !
– C’est pour mieux t’écouter, mon enfant.
– Ma Mère-grand, que vous avez de grands yeux !
– C’est pour mieux te voir, mon enfant.
– Ma Mère-grand, que vous avez de grandes dents !
– Mon enfant, c’est pour mieux te mang… euh, pardon, c’est pour mieux manger les bonnes gaufres et la confiture de Papy Jean-Claude.
En disant ces mots, le gentil loup aux longues dents se leva et mangea la bonne confiture et les bonnes gaufres de Papy Jean-Claude.
– Vous aussi, les enfants, vous pouvez aller à la boutique et acheter la bonne confiture et les bonnes gaufres, avec votre grand-mère, votre grand père, votre papa, votre maman !

Texte revu et corrigé… à la manière de Ciné Art Loisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.