Les Chartreux à visages découverts (1985-2002)

La Grande Chartreuse dans son profond silence

Ciné Art Loisir vous présente ici une archive inédite de 2002 :

Les fils de saint Bruno

L’histoire des Chartreux commence en 1084 avec la fondation du premier monastère dans le massif montagneux de Chartreuse, au-dessus de Grenoble en Dauphiné, par saint Bruno, un Allemand originaire de Cologne, et ses six compagnons (Lanuin, Hugues le Chapelain, Étienne, Étienne, André et Guérin). Ils fondèrent ensemble la communauté de la Grande Chartreuse, maison-mère de l’ordre cartusien.

La vie du Chartreux est austère. Le moine chartreux vit la plus grande partie de son temps dans la solitude de sa cellule.

Les Chartreux vivent en ermites dans des maisonnettes disposées autour du cloître.

Une cellule de Père Chartreux se compose de trois pièces sur deux niveaux et d’un petit jardinet.

L’atelier pour le travail manuel

L’Ave Maria

Le petit jardin privatif

Le cubiculum pour le repos, le repas, l’étude et la prière.

La vie solitaire est tempérée et équilibrée par une part de vie commune, donnant ainsi à la Chartreuse une grande stabilité à travers le temps. Cet Ordre n’a jamais été réformé. La communauté des Chartreux compte environ quatre cent moines et cent moniales répartis dans 22 Chartreuses dans le monde.

La vie de Chartreux nécessite un équilibre psychologique très important, indispensable pour vivre en cellule. Les fruits du silence ne se cueillent qu’au prix d’une longue expérience. Plus le Chartreux goûte au silence profond, plus il y est inéluctablement attiré.

La Chartreuse de Sélignac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.