Les douze Apôtres de Jésus-Christ

Saint Jean

Fils de Zébédée et disciple de Jean-Baptiste, Jean fut, avec son frère Jacques et son ami Simon-Pierre, choisi par Jésus pour être apôtre.

À ce disciple, la tradition attribue le quatrième évangile, trois épîtres et l’Apocalypse. Comme André, il était disciple de Jean-Baptiste jusqu’au moment ou ce dernier désigna Jésus par ces termes : « Voici l’agneau de Dieu ». Quittant Jean-Baptiste juste après le Baptême, lorsque Jésus vint vers lui, il abandonna tout sur-le-champ, pour le suivre avec son frère Jacques.

Une tradition veut qu’il soit resté vierge toute sa vie, ayant été choisi comme apôtre alors qu’il était sur le point de se marier. Il aurait tellement aimé la virginité et l’ascèse qu’il aurait porté aussi le nom de vierge.

Souvent appelé « le bien aimé du Seigneur », Jean est considéré comme l’apôtre préféré du Christ. De nombreuses représentations de la Cène nous le montrent au côté de Jésus, écoutant attentivement les paroles du Seigneur, les yeux quelquefois fermés pour mieux écouter. En effet, dans l’évangile que l’on attribue à saint Jean, il rapporte avec beaucoup de précisions les paroles prononcées par Jésus au cours de la Cène et en particulier l’envoi de l’Esprit Saint par le Père.

Lorsque Jésus fut arrêté par les soldats romains, Jean le suivit jusque dans la cour du Grand-Prêtre, et assista à la crucifixion. Il a eu le privilège avec Pierre et Jacques, d’assister à la Transfiguration de Jésus et à son agonie à Gethsémani. L’Évangile nous dit aussi que le Christ en croix, avant de rendre l’âme, donne pour mission à Jean de veiller attentivement sur sa mère, la Vierge Marie. Il l’accueillit chez lui et fut le dernier à rester à Jérusalem pour la servir.

Saint Jean a un lien spécial avec chacun des aspects du Mystère du Christ. Cet apôtre qui reposa sa tête sur la poitrine du Seigneur au cours de la dernière Cène et qui fut le premier des disciples à croire en la Résurrection, peut être considéré comme le théologien du Mystère Pascal. Son Évangile est d’ailleurs celui qui est le plus lu dans la Liturgie, au fur et à mesure que l’on s’approche de la fête de Pâques.

Seul de tous les apôtres, il a vu mourir le Maître et l’a déposé dans son sépulcre.

Jean serait mort à Éphèse en l’an 101, à l’âge de 98 ans.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous sur la page suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.